RIM Boulogne-sur-Mer RADIOGRAPHIE STANDARD NUMERISEE


Salle Attente Radiologie

La radiographie dite « standard » reste dans de très nombreuses situations médicales, un examen de première intention, parfois associée à l'échographie, avant réalisation de toute imagerie en coupes plus complexe type scanner ou IRM.
L'extrême variété des types de radiographies standards nous conduit à détailler les modalités spécifiques à chaque examen. Nous précisons préalablement les points communs à toutes ces explorations.


Technique :

La radiographie utilise un rayonnement (photons) appelé Rayons X émis à partir d'une source (tube à rayons X) dans lequel une cible métallique chargée positivement (anode) est bombardée par une pluie d'électrons provenant d'une cathode (chargée négativement) à grande vitesse sous l'effet d'une différence de potentiel de plusieurs milliers de volts produite par un générateur électrique puissant. Cet apport d'énergie perturbe l'équilibre de chaque atome de l'anode. Le retour à l'équilibre de ces atomes libère ce surplus d'énergie sous forme de Rayons X.

Le faisceau de rayons X généré par ce tube est focalisé puis traverse l'épaisseur du patient où il est absorbé de manière plus ou moins importante selon les structures et organes traversés. Le flux résiduel des rayons X à la sortie du patient est récupéré sur un récepteur situé au-delà. Plus le flux frappant le récepteur est important, plus son noircissement est marqué.

Le noircissement du récepteur dépend donc de l'absorption du faisceau de rayons X après sa traversée du patient et varie selon les différentes composantes inclues dans le volume exploré. Cette absorption dépend de l'épaisseur et du type de tissu traversés (coefficient d'absorption propre à chaque tissu), très faible lorsque le rayonnement traverse de l'air comme par exemple les poumons, d'où un noircissement important du film, alors qu'elle est très importante par contre lorsque le faisceau traverse de l'os (faible noircissement et aspect donc blanc). D'autres tissus ont des coefficients d'absorption intermédiaires d'où un noircissement variable sur une échelle de gris.

L'utilisation d'un produit de contraste repose sur le caractère très absorbant de ces substances aux Rayons X, ce qui permet d'opacifier (en blanc sur les radiographies) les structures dans lesquelles elles sont administrées directement ou indirectement (vaisseaux ou cavités naturelles du corps).

Auparavant, ce récepteur était constitué d'une plaque (cassette) contenant un écran réfléchisseur et un film radiographique qui était développé en chambre noire comme un film photographique avec révélateur et fixateur chimiques (radiologie analogique). Ce procédé devenu obsolète n'est plus utilisé sauf dans la mammographie par certaines structures radiologiques car il reste validé dans le dépistage organisé du cancer du sein, mais il sera progressivement remplacé à plus ou moins long terme par un système numérisé. Actuellement, le système récepteur est entièrement numérisé (radiographie numérique ou digitalisée), qu'il s'agisse de plaques au phosphore lues par un système laser (numérisation dite indirecte parfois appelée CR), ou de capteurs-plan analysant directement les rayons X à la sortie du patient (numérisation dite directe parfois appelée DR). L'information recueillie transite par des consoles informatiques avec réglage possible des constantes de noircissement (contraste et luminosité) avant impression sur film radiographique par un procédé laser qui n'utilise aucun produit chimique (aucune émission de polluants, les fixateurs et révélateurs anciennement utilisés pour la radiographie analogique ayant ainsi presque disparus du monde de la radiologie moderne).

Pour un organe ou une structure donnés à explorer, plusieurs obliquités du faisceau à rayons X sont nécessaires pour son étude (incidences radiologiques) d'où la réalisation de plusieurs clichés sous différents angles. Les films radiographiques ainsi produits sont édités en noir et blanc et analysables sur les écrans lumineux spéciaux appelés négatoscopes.

Le terme de radioscopie désigne la visualisation directe de l'image radiologique sur un écran vidéo en temps réel, ce qui permet d'étudier des structures mobiles et de positionner correctement le patient dans l'incidence souhaitée avant de prendre le cliché radiographique proprement dit.

L'image finale obtenue sur chaque film radiographique est donc la résultante d'une projection 2D sur un plan de l'ensemble des tissus traversés dans un volume donné, ce qui constitue donc une superposition de différents noircissements liés à chaque tissu. On comprend ainsi que certaines structures peu denses peuvent être masquées par d'autres plus denses ou plus volumineuses, mais la radiographie standard a l'énorme avantage de présenter une vue d'ensemble du volume analysé si bien qu'elle reste très souvent le premier pas d'une démarche diagnostique en imagerie médicale , contrairement au scanner ou à l'IRM qui restent des examens de seconde intention. De plus, la facilité avec laquelle il peut être pratiqué des radiographies standards comparatives (bonne reproductibilité) en fait un excellent moyen de surveillance pour contrôler des pathologies simples notamment qui en ce qui concerne le squelette (exemple l'arthrose).


 
Table de Radiographie
Table de Radiographie
Tables de radiographie
Salles de Radiographie
 
Salles de Radiographie Salles de Radiographie Salles de Radiographie Salles de Radiographie Salles de Radiographie
Salles de radiographie

Dernière mise à jour : 16-05-2011  

 

Accueil - Infos pratiques - Equipe - Prise en charge - Rendez-vous - Préparation aux examens - Précautions - Résultats - Examens - Charte & label qualité - Liens - Contact

 

© 2008 - 2017 RIM  Radiologie Imagerie Médicale - Mentions légales
Radiologie Imagerie Médicale
accueil Plan du site Liens
Accueil Plan site Liens

 

Radiologie Imagerie Médicale
17, rue Montjoie
62280 Saint-Martin-Boulogne

Tél : 03.21.31.51.47
Fax : 03.21.83.42.77

 

Email  Contact
Recherche :